Une algue parasitant les crevettes

Pour identifier correctement les algues que l’on m’envoie, je fais beaucoup de recherche documentaire, et je suis tombé sur un article japonais décrivant l’algue Cladogonium ogishimae parasitant une crevette Neocaridina denticulata. L’abstract est en anglais mais l’article est malheureusement en japonais, et je ne le parle pas. Heureusement, un autre article entièrement en anglais décrit la même algue parasitant une crevette du genre Macrobrachium.

Pourquoi je vous parle de cette horreur? Hé bien déjà parce que c’est mon blog et que je vous enquiquine, mais surtout parce que cette algue menace nos crevettes!

En effet, voilà déjà plusieurs années que l’on voit des photos de crevettes portant d’étranges excroissances vertes sur les pléopodes. Avec le temps, l’identité  présumée de ces parasites a évolué. On a d’abord pensé que c’était un champignon, puis ça a été identifié comme un protozoaire ellobiopsidae. Le problème est que les ellobiopsidés sont unicellulaires et très petits et l’anatomie ne semble pas concorder. Par contre cela colle bien avec l’algue observée par les Japonais.

Photos extraites de Kazuyo Matsuyama-Serisawa et al.

Chose étonnante, cette algue ne fait pas de photosynthèse. À la différence des autres algues elle ne possède pas de chlorophylle et n’a pas de réserves d’énergie sous forme d’amidon. Le reste de son anatomie est par contre typique des algues filamenteuses de l’ordre  des cladophorales. Mais alors, pourquoi c’est vert s’il n’y a pas de chlorophylle? Parce que bien que l’algue filamenteuse ne soit pas photosynthétique, les zoospores le sont. Ce sont ces zoospores, mobiles qui iront infecter de nouvelles crevettes.

Je n’ai (heureusement) aucun cas de Cladogonium ogishimae dans mon élevage, mais si l’occasion d’observer cette algue au microscope se présente je vous en verrais profiter.

Savoir que ce parasite est une algue verte et non un protiste ellobiopsidae est important, car cela permettra peut-être à l’avenir de trouver un traitement ciblé, efficace et bien sur, non toxique pour l’hôte.

N’hésitez pas à partager cet article. Si vous vous baladez sur des groupes anglophones, sachez que j’ai fait une version en anglais disponible ici.

Références:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *